Alex Noren est le premier Suédois à s'imposer à l'Open de France.
Alex Noren est le premier Suédois à s'imposer à l'Open de France. © AFP
News

Noren survole l’Albatros

Alors que tous les prétendants à la victoire sombraient les uns après les autres dans les obstacles d’eau des derniers trous de l’Albatros, Alex Noren, solide leader au clubhouse en -7, devait finalement remporter ce 102e Open de France.

Publié le

Revenir de l’arrière devient presque la marque de fabrique du Suédois Alex Noren, qui avait remporté à Wentworth, le PGA Championship 2017, avec sept coups de retard. Pour cet Open de France, c’est exactement le même retard (7 coups) qu’accusait Noren sur le leader, son jeune compatriote Marcus Kinhult. Mais grâce à une dernière carte de 67 avec notamment deux birdies sur le difficile finish de l’Albatros, au 16 et au 17, Alex Noren, à -7 au total, n’avait plus qu’à attendre les erreurs de ses concurrents…

Et elles ne se sont pas fait attendre très longtemps, puisque tous ses adversaires ont vu leurs espoirs sombrer dans les obstacles d’eau des derniers trous de l’Albatros que ce soient les stars espagnoles Jon Rahm et Sergio Garcia, mais aussi l’Américain Julian Suri, solide prétendant au titre et qui noie ses rêves de victoire par un double bogey. Mais aussi, l’Anglais Chris Wood dont les bogeys au 15 et au 17 l’obligeait à un improbable birdie au 18.

Alex Noren, quasi assuré d’être dans l’équipe de Ryder Cup

« C’est plus facile quand on revient de l’arrière, on ne joue pas de la même manière. D’autant plus sur un parcours aussi exigeant que l’Albatros », expliquait Alex Noren, désormais 2e de The Race to Dubai et quasiment assuré d’être qualifié dans l’équipe européenne de Ryder Cup. A 35 ans, il remporte au Golf National son 10e titre en Europe, après avoir terminé 8e en 2016 et 10e l’an dernier de cet Open de France. Il est aussi le premier Suédois à s’y imposer.

Du côté des Français, il faudra attendre encore un peu avant de trouver un successeur à Thomas Levet au palmarès du french open. Mike Lorenzo-Vera est, comme l’an dernier, le meilleur tricolore à la 16e place grâce à un ultime 68. Il devance ses aînés, Raphaël Jacquelin, 37e et Grégory Havret, 49e. Tandis qu’Alexander Levy ferme la marche des rescapés français du cut et du classement à la 65e place.