En match-play, les Règles autorisent à concéder un coup.
En match-play, les Règles autorisent à concéder un coup. © AFP
Quiz

Quiz Règles Match-Play - Donné, donné ?

Etes-vous incollable concernant les règles de golf ? Voici 5 cas pour juger de vos connaissances en match-play. Répondez par vrai ou faux !

Publié le

Cas n°1

Votre adversaire vous annonce au départ qu’un de ses amis va jouer avec vous durant votre match-play. Vous protestez et faites savoir votre mécontentement pendant le match. Vous perdez le match et, à la fin de celui-ci, vous allez porter réclamation auprès du comité qui décide de vous en attribuer le gain.

Vrai. Selon la règle 2-1, un match en simple oppose un joueur à un autre joueur. Ayant fait une réclamation dans les délais, le comité doit vous attribuer le match. En revanche, si vous n’aviez pas protesté et, donc, accepté qu’un 3e joueur vous accompagne, le résultat du match aurait été maintenu.

Cas n°2

Au départ d’un par 5, vous drivez tous les deux, puis vous jouez votre deuxième coup, mais aucun de vous deux ne retrouve sa balle. Ne souhaitant pas rejouer du point précédant selon la règle 27-1 de coup et distance, vous décidez de partager le trou et de passer au suivant.

Vrai. Il est tout à fait possible de partager un trou en train d’être joué. En revanche, les joueurs ne peuvent pas s’entendre pour partager un trou sans avoir tapé le moindre coup. Dans ce cas-là, ils devraient être disqualifiés tous les deux, à condition qu’ils sachent que cela constitue une infraction aux règles.

Cas n°3

Vous félicitez votre adversaire qui interprète vos paroles comme une concession du coup suivant. Il s’empresse de relever sa balle et vous lui faites aussitôt remarquer que vous ne lui avez pas donné ce difficile putt de 80 centimètres… Il affirme ne pas avoir à replacer sa balle.

Faux. Dans tous les cas, il doit replacer sa balle. Si votre formulation peut raisonnablement faire penser à votre adversaire que son coup suivant lui a été concédé, selon l’équité, il doit être autorisé à la replacer aussi près que possible de là où elle se trouvait et sans pénalité. Si vos paroles n’avaient rien d’ambigu, il devra, en plus, ajouter un coup de pénalité à son score pour avoir déplacé une balle au repos, selon la règle 18-3b.

Cas n°4

Il ne reste à votre adversaire qu’un putt de 30 centimètres pour terminer le trou. Vous lui donnez, mais celui-ci refuse et tient à le rentrer. Il se met à l’adresse, frappe et le rate. Il vous lance alors : « De toute façon, tu me l’avais donné ».

Vrai. Lorsque vous concédez le coup suivant à votre adversaire, il a terminé son trou. Peu importe qu’il décide de putter quand même ou qu’il refuse que son putt soit donné, puisque la concession d’un coup ne peut être ni refusée, ni annulée selon la règle 2-4.

Cas n°5

Après deux minutes de recherche, vous n’arrivez pas à retrouver votre balle. Vous dites alors à votre adversaire : « Allez, viens, on passe au trou suivant ». Mais trois secondes plus tard, vous tombez sur votre balle et décidez donc de la jouer pour terminer le trou…

Faux. La suggestion d’aller au trou suivant équivaut à une concession du trou. Vous avez, donc, d’ores et déjà concédé le trou à votre adversaire et comme, selon la règle 2-4, une concession de trou ne peut pas être annulée, vous ne pouvez plus continuer à jouer. Vous avez, par conséquent, perdu le trou et devez passer au suivant.