Lexi Thompson après sa défaite à l'ANA Inspiration.
Lexi Thompson après sa défaite à l'ANA Inspiration. © AFP
Règles

Lexi Thompson fait évoluer les règles

La mésaventure, arrivée à Lexi Thompson lors de l’ANA Inspiration, tournoi majeur féminin, aura au moins eu le mérite d’obliger l’USGA et le R&A à établir de nouvelles limites concernant l’arbitrage vidéo.

Publié le

Alors que d’autres sports se battent pour généraliser l’usage de la vidéo dans l’arbitrage, l’USGA et le R&A, les deux instances dirigeantes du golf mondial, viennent d’en limiter et contrôler un peu plus l’utilisation. En effet, Lexi Thompson, en tête de l’ANA Inspiration le dimanche, avait été dénoncé par un téléspectateur, pour une faute, arrivée la veille et invisible à l’œil nu. Les pénalités s’ensuivant avaient privé la joueuse Américaine de 22 ans d’un titre qui lui semblait promis et provoqué un véritable tollé dans le monde du golf Outre-Atlantique.

L’infraction doit être visible à l’œil nu

La nouvelle décision, que l’on retrouvera sous la référence 34-3/10 et à effet immédiat prévoit deux choses :

- Si l’infraction n’est pas visible à l’œil nu ou si le joueur n’est pas conscient de l’infraction, alors il n’y aura pas de pénalité.

- Si le joueur fait tout ce qui peut être raisonnablement attendu de lui, au vu des circonstances, le jugement du joueur sera accepté, même s’il est découvert plus tard qu’il était inexact par le biais de preuves vidéo.

Libre appréciation des arbitres

Cette nouvelle décision doit permettre de limiter l’intervention des téléspectateurs dans les décisions arbitrales dans le cadre des tournois télévisés. Mais elle reste aussi suffisamment vague pour laisser aux arbitres la libre appréciation de pénaliser ou non le joueur.