Lydia Ko, tout sourire, pose avec le trophée sur le parcours de l'Evian Championship
Lydia Ko, tout sourire, pose avec le trophée sur le parcours de l'Evian Championship © Evian Championship
Tournois

The Evian Championship 2015 : Kolossale Lydia

En remportant l’Evian Championship avec une avance de six coups, Lydia Ko est devenue, à 18 ans, la plus jeune gagnante de l’histoire dans un tournoi majeur. Son dernier tour, bouclé en 63, a été littéralement renversant…

Publié le Mis à jour le

Le petit pont qui mène au green du 18e trou de l’Evian Resort n’a évidemment pas (encore) la renommée du Swilcan Bridge de Saint-Andrews, mais Lydia Ko n’a pas manqué d’y faire une petite halte, histoire de saluer la foule – nombreuse – et de profiter de l’émotion de l’instant au moment d’aller conquérir avec certitude (elle avait alors cinq coups d’avance) son premier titre majeur. Elle l’a fait à sa manière, brillante, quelques instants plus tard en rentrant un dernier putt de 6 mètres, parachevant avec éclat sa très nette victoire lors de cet Evian Championship où elle avait déjà terminé 2e en 2013 (tournoi joué sur seulement trois tours en raison de la météo).

À 18 ans, 4 mois et 20 jours, la Néo-Zélandaise est ainsi devenue la plus jeune joueuse de l’histoire à s’arroger un titre du Grand Chelem, record qui était jusqu’alors détenu par Morgan Pressel, sacrée en 2007 au Kraft Nabisco Championship, à 18 ans, 10 mois et 9 jours. « Plus personne ne me demandera quand est-ce que je vais gagner mon premier titre majeur », a souri, soulagée, celle qui était déjà devenue, cet hiver, la plus jeune n° 1 mondiale de l’histoire et pour qui c’était la dernière chance d’effacer Morgan Pressel des tablettes.

Partie avec deux coups de retard sur Mi Hyang Lee et un seul sur Lexi Thompson, Lydia Ko a littéralement survolé la dernière journée, en partie écourtée avec deux départs par groupes de trois sur le 1 et le 10 en raison d’orages annoncés en fin d’après-midi. Sa carte de 63, émaillée de 8 birdies sans le moindre bogey (un seul bogey sur les 36 derniers trous), lui a permis de triompher à -16 avec six coups d’avance sur Lexi Thompson qui avait pourtant trois points d’avance sur elle au terme du 7. Mais à partir du 11, où elles étaient encore à égalité, Ko s’est déchaînée (6 birdies sur les 10 derniers trous avec deux approches sensationnelles sur les 11 et 12) alors que Thompson se montrait nettement moins inspirée sous la pression (pas un birdie sur le retour, et un double bogey sur le 14 qui a tué le suspense).

Jamais une joueuse n’avait scoré si bas dans le dernier tour d’un Majeur (elle a manqué un seul des 18 greens), la précédente meilleure carte étant la propriété de l’Anglaise Karen Stupples avec un 64 au British Open en 2004. Sur l’ensemble de l’épreuve, Ko s’est montrée particulièrement efficace sur les pars 5 avec un score général de -9 contre -5 pour Thompson , qui a dû constater de visu sa nette supériorité le dernier jour. « Je crois qu’elle n’a rien raté, c’était vraiment impressionnant à voir », a-t-elle remarqué.

Après Bob Charles, au British Open 1963, et Michael Campbell, à l’US Open 2005, c’était donc la troisième fois que le golf néo-zélandais se retrouvait consacré au sommet du jeu. C’est d’ailleurs à son pays d’adoption, puisqu’elle est née en Corée du Sud, que Lydia Ko a immédiatement pensé en annonçant son prochain objectif à savoir les Jeux olympiques de 2016 à Rio. Couverte, lors de la remise des prix, d’un drapeau national tombé du ciel grâce à l’équipe de France de parachutisme, elle n’a pas fini, à l’évidence, de faire briller ses couleurs lors des nombreuses années à venir. Inbee Park, 8e à Evian et victorieuse de deux majeurs en 2015, restait cependant n° 1 mondiale.