Avec Olivier Rouillon, médecin fédéral national de la FFGolf et des équipes de France de golf. Service de médecine du sport, hôpital de l’Hôtel-Dieu AP-HP.

Est-ce que les problèmes d’épaule sont fréquents chez les golfeurs ?

Les problèmes d’épaule constituent entre 11 et 12 % des blessures déclarées par les golfeurs amateurs et entre 8 et 12 % chez les professionnels. Pour ces derniers, les épaules constituent la troisième localisation des blessures derrière la colonne lombaire et le poignet gauche. Enfin, les causes et la localisation précise de ces problèmes d’épaule sont très différentes selon que l’on parle des amateurs ou des professionnels. 

Quelles sont les pathologies que l’on observe chez les golfeurs amateurs ?

Chez les joueurs amateurs, les pathologies d’épaules trouvent rarement leur source dans la pratique. Ces problèmes touchent généralement des personnes de 40 ans ou plus qui possèdent des tendons de l’épaule un peu « abîmés » en raison du vieillissement physiologique normal ou d’activités professionnelles ou sportives antérieures comme le tennis ou le hand-ball par exemple. Le golf joue alors le rôle de révélateur. Dans ce cas, ce sont souvent les tendons de l’épaule, qu’on appelle aussi la coiffe des rotateurs, qui sont touchés. Ces tendons moteurs de l’épaule, qui passent entre deux structures osseuses, sont très « agressés » dans un sport comme le tennis où la main évolue souvent au-dessus de la tête. En golf, c’est beaucoup moins le cas du fait de la gestuelle.

Quels sont les facteurs déclenchants ?

Il peut y avoir des facteurs liés au geste, par exemple le fait d’avoir une amplitude de swing très importante (overswing), une particularité que l’on rencontre surtout chez les dames et qui sur-sollicite les tendons de l’épaule. Le fait de vouloir taper fort sans s’être échauffé, de faire un mouvement très ample comme les champions, d’utiliser des clubs trop lourds, trop raides ou mal équilibrés, ou encore de taper au practice « comme une mitraillette » peuvent aussi déclencher des douleurs à l’épaule. Enfin, il faut prendre l’habitude de pousser son chariot et non de le tirer. De cette façon, on ne sollicite pas les tendons rotateurs de la coiffe.   

Quels sont les moyens pour se soigner ?

Dès que les douleurs deviennent régulières, il faut arrêter l’activité et aller consulter son médecin. Une radio et une échographie dynamique sont nécessaires pour connaître les causes du conflit et poser un bon diagnostic. En fonction des résultats, le médecin prescrira une rééducation avec un kinésithérapeute, éventuellement des infiltrations guidées sous échographie, ou, beaucoup plus rarement, une intervention chirurgicale.

Et quels sont les pathologies rencontrées chez les très bons joueurs et les professionnels ?

Chez les jeunes joueuses de haut niveau, on rencontre parfois dès l’âge de 15 ou 16 ans des arthropathies, c’est-à-dire des inflammations de l’articulation acromio-claviculaire de l’épaule. Cette pathologie est favorisée par une instabilité de l’épaule gauche (pour les droitières) et se traite en priorité grâce à un travail de renforcement et de proprioception. On peut travailler de la même façon pour prévenir ce problème. Chez les joueurs de très haut niveau et les pros, on rencontre parfois des cas de lésions du bourrelet glénoïdien, qu’on appelle aussi le labrum, qui peuvent être provoquées par l’impact d’un coup joué dans des circonstances très particulières (butte en montée, racine dans un rough,…). Enfin, il existe aussi des cas d’instabilité postérieure de l’épaule, mais c’est très rare.       

Symptômes

  • Douleurs dans l’épaule, souvent au cours du jeu mais rarement pendant le swing.
  • Difficultés à dormir sur l’épaule, à attraper un objet très au-dessus de la tête.

Traitements

  • Arrêt de l’activité et des gestes qui réveillent la douleur, prise de médicaments antalgiques et anti-inflammatoires pour calmer la douleur et l’inflammation.
  • Consultation chez son médecin pour examen, radio et échographie.
  • Séances de rééducation avec un kinésithérapeute.
  • Si nécessaire, infiltrations sous contrôle échographique.
  • Si indispensable, intervention chirurgicale.

Prévention

  • Echauffez-vous bien avant de jouer ou de faire du practice.
  • Swinguez avec des amplitudes adaptées à votre âge.
  • Utilisez des clubs adaptés à votre physique et évitez les clubs trop lourds ou trop raides.
  • Evitez de taper au practice à un rythme effréné.
  • Poussez votre chariot, de préférence à trois roues, et évitez de tirer un chariot à deux roues.