Avec Olivier Rouillon, médecin fédéral national de la FFGolf et des équipes de France de golf. Service de médecine du sport, hôpital de l’Hôtel-Dieu AP-HP.

Quels sont les problèmes qu’un golfeur peut rencontrer au niveau du coude ?

Chez les golfeurs, la plupart des problèmes que l’on observe au niveau du coude sont des problèmes de tendons. Concrètement, il s’agit de la rupture des fibres des tendons, c’est-à-dire quelques fibres, plus ou moins éloignées, qui vont se rompre. A partir de là, l’organisme va mettre en place des phénomènes de cicatrisation. Mais s’ils sont mal gérés, par exemple si la personne continue de jouer, une inflammation risque de se développer et de provoquer des douleurs permanentes. L’inflammation n’étant qu’une conséquence, le traitement consistera à faire cicatriser les ruptures de fibres et la prévention à éviter ces ruptures.

Quelles sont les facteurs qui provoquent ces ruptures de fibres ?

Ce type de problèmes touche essentiellement les golfeurs amateurs et beaucoup moins les professionnels. En effet, quatre facteurs principaux favorisent leur survenue. Premièrement, un mauvais grip, c’est-à-dire une façon incorrecte de tenir le club. Deuxièmement, le fait de taper au practice sur des tapis placés sur une surface très dure, ce qui entraîne beaucoup de vibrations. Troisièmement, un matériel inadapté avec des clubs trop lourds, des manches trop rigides ou encore des grips usés ou de mauvaise taille. Enfin, une reprise trop intense de l’activité, après une trêve hivernale par exemple.   

Quelle partie du coude est-elle le plus souvent touchée ?

Dans la plupart des cas, les golfeurs souffrent des tendons externes du coude. Ce sont des épicondylites externes que l’on appelait avant « tennis elbow ». Il existe quelques cas d’épicondylites internes mais c’est beaucoup moins fréquent. Pour les droitiers, c’est le plus souvent le coude gauche qui est touché même si l’on peut voir quelques cas sur le coude droit, notamment chez d’anciens tennismen qui ont souffert de « tennis elbow ».

Quelles sont les principales solutions pour se soigner ?

Lorsqu’on commence à avoir un peu mal, il faut arrêter de jouer, mettre du froid (une poche de glace par exemple) sur la zone douloureuse et aller consulter rapidement. En effet, votre médecin a besoin de connaître l’état anatomique du tendon en faisant une imagerie par écographie dynamique avant de poser un diagnostic et indiquer le bon traitement. La plupart du temps, il faudra effectuer une rééducation adaptée, appelée protocole de Stanich. Il s’agit d’un protocole de travail musculaire, basé notamment sur de l’excentrique, en faisant varier les charges et la vitesse. Cette rééducation est la meilleure solution pour obtenir une bonne cicatrisation du tendon. Si cela ne fonctionne pas, votre médecin pourra vous proposer une infiltration de corticoïde, voire, dans le cas d’une fissure du tendon, une injection de PRP (platelets rich plasma). Cette technique permet de réinjecter des plaquettes éclatées de son propre sang dans la fissure afin de favoriser une bonne cicatrisation du tendon.

Quelles sont les mesures à prendre pour empêcher que ces douleurs reviennent ?

Il faut absolument utiliser un matériel adapté avec des clubs pas trop lourds, pas trop raides et avec des grips de bonne taille et pas usés. Il faut vraiment éviter de s’entraîner beaucoup sur des tapis posés sur des surfaces très dures. Enfin, il faut vérifier la qualité de votre grip avec un bon enseignant. Un bon grip vous évitera de serrer trop fort le club alors qu’un mauvais grip vous obligera souvent à compenser.   

Symptômes

  • Douleurs du coude situées généralement sur la face externe. Ces douleurs peuvent survenir après le jeu, puis pendant, puis tout le temps.
  • Même type de douleurs pendant la vie quotidienne, par exemple en se servant à boire avec une bouteille d’eau.

Traitements

  • Arrêtez de jouer dès l’apparition des douleurs, effectuez des applications de glace et allez consulter rapidement votre médecin.
  • Après un diagnostic précis faisant suite à une imagerie par écographie dynamique, mise en place d’une rééducation adaptée encadrée par un kinésithérapeute.
  • Si la rééducation ne permet pas de guérir, possibilité de faire une infiltration de corticoïde ou une injection de PRP.
  • Le recours à la chirurgie est extrêmement rare.

Prévention

  • Faites vérifier la qualité de votre grip avec un pro enseignant.
  • Echauffez-vous bien avant une partie et évitez de taper beaucoup de balles sur des tapis posés sur des surfaces dures.
  • Utilisez du matériel adapté avec des clubs pas trop lourds, pas trop raides et avec des grips de taille adaptée et en bon état.

Découvrez d’autres articles santé :